Fête de la Toussaint 2019

Publié par Christine dans Fêtes liturgiques

C'est devenu maintenant presqu'une tradition dans notre paroisse : en cette fête de la Toussaint, les enfants ont revêtu l’habit de leur saint patron, pour entrer en procession dans l’église de Gazeran.

Le Père Robert a commencé son homélie en demandant aux enfants combien de personnes étaient au Ciel, d’après la première lecture, celle de l’Apocalypse de St Jean.

Une réponse fuse : 144 000. Certes, mais ceux-ci ne représentent que les élus des tribus d’Israël.

St Jean continue : « J’ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. »

Il y a au Ciel, bien plus que le nombre de saints du calendrier ou même du martyrologe romain ! Ils sont une foule immense, composée de saints dont nous connaissons bien la vie mais aussi de beaucoup d’anonymes. Tous cependant ont en commun d’avoir chercher le visage du Seigneur, comme nous l’avons chanté dans le refrain du psaume.

Après avoir commencé son homélie à l’ambon, le Père Jacques-Bertrand a rassemblé autour de lui, devant l’autel, tous les « saints » présents, afin de les présenter à l’assemblée des fidèles : Saint Louis et son ami, St Thibault, Ste Marie et sa belle couronne, St Séraphim de Sarov et St Elie, St Léopold, Ste Elizabeth, St Etienne qui tenait sa palme de martyr, St Denis et sa mitre, St Bruno et son image de la Grande Chartreuse, ou encore Sainte Blandine, pour ne citer qu’eux, sans oublier l'Ange Gabriel et autres petits angelots !

Le Père a évoqué rapidement la vie de ces saints puis a conclu que nous aussi étions appelés à la sainteté, en nous rappelant quelques saints tout proches de nous par leur naissance dans notre paroisse : ainsi Ste Monégonde, patronne de l’église d’Orphin, où elle est née au début du VIème siècle ou encore, plus près de nous, la Bienheureuse sœur Bibiane, née à Gazeran en 1930 et tuée en Algérie en 1995.

Le Père a terminé en nous exhortant à lire au moins une vie de saint par an.

Un apéritif a rassemblé, à la fin de la messe, non seulement les enfants qui se sont jetés sur les bonbons et petits gâteaux, mais aussi tous ceux qui ont souhaité resserrer leurs liens d’amitié, dans une Communion des saints, qui commence dès ici-bas et se continuera dans un bonheur incomparablement plus grand, Là-Haut !