Soutien de mission en Birmanie

Publié par md dans Formations et Conférences

Le Père Olivier Prodhomme, originaire de Vitré, a été ordonné prêtre en 1998 pour les Missions Etrangères de Paris. Il part dans les camps de réfugiés Karen à la frontière thaïlando-birmane où il œuvre pendant 10 ans.

A la demande des MEP, il rentre en France pendant trois ans, devient Recteur de la chapelle des MEP (rue du Bac à Paris), puis il rejoint de nouveau la Birmanie (0,20 % de catholiques). Il se trouve maintenant à  Myé Gné,  petit village à plus d’une heure en mobylette de Mandalay dans des conditions difficiles. Le nouvel archevêque est venu et a érigé en paroisse cette petite communauté ; il a demandé au Père Olivier Prodhomme d’en être le curé. Deux religieuses sont arrivées en renfort, l’église (construite par les anglais lors de l’occupation du pays par le Royaume Uni, est restée inoccupée pendant 100 ans) a été rénovée, un clocher a été construit, une école maternelle a été créée dans une ancienne habitation sur un terrain qu’il faut louer…tout cela engendre pour lui de multiples interrogations et décisions à prendre.

"La paroisse se maintient bien, les chrétiens sont fidèles et semblent entrer petit à petit dans une démarche de vouloir bien faire pour vivre en communion avec Dieu .Les activités paroissiales s’implantent doucement, même s’il reste encore beaucoup d’efforts à faire...En Birmanie la présence des Missions Etrangères s’étoffe avec l’arrivée en septembre dernier du Père Bruno. Avec les Pères Ludovic et Cyril, qui terminent leurs études de langue birmane avant de gagner le territoire des Chin hills, nous voilà désormais quatre.

Lors de mon passage en France, en Septembre dernier, on m’a demandé de partager mon expérience missionnaire et ma vie en Birmanie. De Bayeux à Bordeaux, j’ai essayé de vous réconforter dans votre démarche missionnaire, en vous rappelant que la mission en Birmanie dépendait de l’engagement des Chrétiens en France pour l’importance de la vie missionnaire."

Le père Olivier vit depuis des mois dans un appentis près de son église, sans eau et de l’électricité de temps à autre. Le lancement de la construction d’un  presbytère a  mis des mois à se concrétiser et, hélas, les événements du coup d’état récent par la junte militaire a tout remis en cause. . Il nous écrit en février : « Je profite d'un bref moment ou internet est ouvert. Tout va bien pour moi, bien que la situation reste tendue, et les affrontements commencent. Tous les magasins restent fermés et des manifestations sont organisées tous les jours. Pour les denrées quotidiennes les prix flambent, d'une échoppe à l'autre les prix doublent voire plus."

La construction du presbytère et la distribution de nourriture aux paroissiens plus que démunis reste la grande priorité du Père Olivier Prodhomme.

Pouvons-nous l’aider un peu ? C'est l'objet de notre campagne paroissiale de Carême, par des quêtes spécifiques à Gazeran.  Même après le Carême, vous pouvez adressez vos dons à la paroisse, par courrier ou dépôt à l'accueil en précisant "Pour la mission en Birmanie". Merci pour vos prières et vos dons au profit de cette paroisse pauvre mais bien vivante !

 
 Fin mars 2021, alors que les évènements s'aggravent en Birmanie, le Père Olivier Prodhomme nous écrit encore ces quelques nouvelles :
 
"Bonjour à tous,
La ligne est ouverte pour quelques instants. Je découvre vos mails plus anciens, merci pour vos nouvelles et prieres.
Samedi dernier, fête nationale des forces armées birmanes, ça a été un véritable carnage, des morts sont encore dans les caniveaux et au bord des chemins. Nous avons assisté à des déferlements de violence inimaginables. Maintenant, les militaires et les soldats de la police rouge  tiennent entre les mains, en plus de leurs armes, soit une cravache soit une barre de fer.
En fait, dès qu'on les aperçoit, on préfère rebrousser chemin car ils frappent sans hésiter.Les lignes téléphoniques restent hors service et il  n'est plus possible de regagner Rangoon.
De mon côté, tout va bien. Comme tout le monde, j'évite toute sortie, j'ai une petite réserve de produits de première nécessité, c'est la semaine Sainte par exellence.
Le pays est entièrement paralysé par la grève générale, beaucoup de gens ont déjà regagné les frontières pour passer en Thaïlande, Malaisie ou au Bangladesh.
Pardon pour ce mail collectif, mais le temps ne me permet pas de vopus adresser des mails plus personnalisés.
A vous tous de Joyeuses fêtes Pascales.
Père Olivier "
 

Les quêtes à la sorties des messes des Rameaux (27&28 mars) ont permis de récolter 300 € pour soutenir sa mission.